MEdias LOcaux, Démocratie et Internet : modèles socio-économiques et politiques éditoriales
MELODI questionne la capacité des « nouveaux » médias locaux à renouveler à la fois le lien aux publics et les sources et processus d’alimentation du débat démocratique dans leur territoire de diffusion, alors même qu’ils sont adossés à des modèles économiques encore précaires.
Dans un contexte de crise polymorphe de la Presse quotidienne régionale (PQR) étroitement corrélée au développement d’internet, on assiste depuis la fin des années 2000 à la création de « nouveaux » médias locaux venant briser la situation quasi monopolistique, historique, des titres de PQR sur leurs zones de diffusion. Parmi ces nouveaux entrants, certains sont nativement numériques (parfois appelés « pure players ») tandis que d’autres, au contraire, parient sur l’importance du papier. Beaucoup sont en tout cas portés par la volonté de certains journalistes de revitaliser un débat public local qu’ils accusent parfois explicitement la PQR d’avoir rendu atone, du fait de routines professionnelles ancrées, voire d’une trop forte proximité avec les pouvoirs économiques et politiques locaux.
Le projet MELODI entend alors questionner la capacité de ces « nouveaux » médias locaux à renouveler à la fois le lien aux publics et les sources et processus d’alimentation du débat démocratique dans leur territoire de diffusion, alors même qu’ils sont adossés à des modèles économiques encore précaires. Il se fixe plus précisément pour objectif d’identifier les liens entre les modes de structuration socio-économique des médias locaux et leur aptitude à renforcer le pluralisme et la relation à leurs publics.

Soutenu dans le cadre de l’appel à projets IDEX Université Grenoble Alpes, Initiatives de Recherche Stratégiques (IRS) – Année 2018/2019
Mis à jour le 12 avril 2021