Contenu

[ Université Grenoble Alpes ]

Recherche avancée

U3GRE U3GRE

Accueil > Publications > Publications des membres


  • Version PDF

Publications des chercheurs du GRESEC

Mis à jour le 10 mai 2016

Les publications des chercheurs du Gresec

Le GRESEC dépose toutes les publications de ses chercheurs sur les archives ouvertes HAL-SHS (Sciences de l’homme et de la société).
  • 22 novembre 2017
    [...]
    En savoir plus
  • 22 novembre 2017
    Depuis plus de 10 ans, les deux auteures de cet article œuvrent à la problématisation de la question du corps en SIC. Elles montrent ici comment la relation faite entre communication, corporéité et société est étroitement liée à des taxinomies sociales incorporées aussi bien par les acteurs que par les scientifiques. Après avoir proposé une épistémologie propre aux SIC quant aux recherches sur le corps, l’article expose les implications méthodologiques, par le biais de la question du “corps genré”. L’appréhension des « signes-traces » intègre le répertoire sémiotique de la pensée occidentale dans une épistémologie qui décloisonne nature et culture, sujet et objet, individu et social. Dans la même mouvance épistémologique, les rapports de genre, pensés dans le cadre d’une anthropologie par la communication affective demandent de dépasser des méthodologies post-structuralistes verbo-centrées.
    En savoir plus
  • 21 novembre 2017
    Cette recherche s'inscrit dans le cadre d'un programme collectif et international mené dans l'espace francophone commun à la Belgique, à la France et au Canada. Fondée aussi collectivement dans une démarche partenariale orientée vers les praticiens de la communication, cette contribution constitue une invitation à engager l'analyse dynamique d'une professionnalisation disputée par de multiples instances représentatives, sur différents modes rhétoriques (juridique, déontologique, militant, casuistique...) et de services proposés aux professionnels (édition, événements, formation, conseil...). la première phase de la recherche vise à mettre à jour les dynamiques de positionnement des associations professionnelles qui assument et/ou revendiquent une participation dans la structuration et le développement des activités, des fonctions, des métiers ou encore des compétences dans le champ de la communication. nous défendrons l'hypothèse que les formes d'engagement et d'action dans la sphère professionnelle de ces acteurs associatifs varient en fonction de l'interprétation que chacune des associations (à travers leurs représentants et porte-paroles) a de ce qu'on nomme communément la professionnalisation. il s'agira donc renoncer - provisoirement - aux définitions ou cadres d'analyse de la professionnalisation a priori tels que la sociologie des professions les a forgés (Chapoulié, 1973 ; abbot, 1988) et fait évoluer (Strauss, 1992 ; Dubar & tripier, 1998 ; Champy, 2011) pour laisser émerger les différentes figures ou représentations qui se complètent ou s'opposent dans les discours des associations représentatives au plan national des acteurs spécialisés dans la communication.Cette contribution vise à interroger la manière dont les communicants (ceux qui font métier de communiquer) travaillent à leur reconnaissance professionnelle, dans la diversité de leurs segments et territoires d'exercice et de représentation. on sait combien la sociologie fonctionnaliste, en particulier nord-américaine, est attentive à la manière dont les professionnels construisent leur légitimité et leur positionnement concurrentiel. en bref, le " professionnel " prend notamment appui sur une formation longue, sanctionnée par une certification, mais doit aussi compter sur la protection -- au moins symbolique -- d'organisations corporatistes (associations et syndicats) dont certaines œuvrent à la formalisation déontologique d'une éthique professionnelle. notre objectif n'est pas ici d'interpréter ces marqueurs de profession comme les gages exclusifs et univoques d'une professionnalité mais, très différemment, de les interpréter comme indices d'une professionnalisation entendue comme processus de négociation permanente entre " segments " de la profession. l'appareillage déontique qui sert une professionnalisation aux prises avec la multiplicité de métiers relevant de secteurs, champs et fonctions multiples, sert également la reconnaissance des associations, syndicats et autres représentants qui revendiquent leur légitimité de porte-parole. Par-delà le corpus documentaire déontique constitué de codes professionnels, référentiels, chartes et autres manifestes, nous souhaitons discuter (et faire discuter) ici la manière dont des regroupements professionnels contribuent à une régulation interne et externe de leurs métiers et fonctions de référence.la méthodologie de cette phase de la recherche repose sur un terrain d'enquête qualitative dont le protocole est commun aux chercheurs des trois pays impliqués. Quatre grands segments et champs professionnels d'intervention des communicants ont été retenus pour l'étape exploratoire : 1) les relations publiques et la communication institutionnelle, la communication publique et communication territoriale ; 2) la communication interne, la communication marketing. a partir d'un tissu associatif professionnel identifié dans ces segments (une trentaine d'associations nationales françaises, québécoises et belges au total) une quinzaine d'entretiens approfondis d'une durée d'une à deux heures ont été conduits, en binôme de chercheurs, auprès de présidents en exercice, d'anciens présidents et de secrétaires généraux, sur la base d'un canevas semi directif orientant les échanges. il s'agissait alors d'explorer quatre thématiques : 1) les raisons d'être, motifs de positionnement et d'évolutions des associations ; 2) les enjeux perçus et les modalités d'engagement de l'association dans la professionnalisation de leurs adhérents ; 3) les rapports établis, attendus ou non, avec les acteurs impliqués dans la production et la diffusion de connaissances en SiC ; 4) les trajectoires à la fois personnelles et institutionnelles ainsi que l'implication des représentants associatifs à l'égard de la reconnaissance mutuelle et publique des communicants membres de leur groupement. Cette phase d'enquête, encore en cours de déploiement au printemps 2012, implique la contribution de près d'une quinzaine d'enseignantschercheurs ainsi qu'une doctorante, belges, canadiens et français, majoritairement en SiC mais aussi en sciences politiques et sociologie.les premiers résultats d'analyse mettent en évidence la variété, l'hétérogénéité des conceptions de la professionnalisation et des modalités ou des variables qui y participent. nous esquisserons une typologie des associations fondées sur ces diverses représentations qui peuvent se polariser tantôt du côté de la maîtrise de savoir-faire et d'une figure de l'expert capable de mobiliser des compétences spécifiques dans l'activité quotidienne du communicant, tantôt du côté de la construction d'une posture portée par des idéaux éthiques d'intégrité, de neutralité et incarnée par une figure morale du professionnel. Performées dans les discours des présidents et porte-paroles des associations, ces grandes figures et ces représentations contribuent à orienter les initiatives de soutien ou d'accompagnement des professionnels à travers l'offre de services faite aux adhérents ; elles conditionnent aussi les politiques et les engagements plus institutionnels dans la lutte pour la reconnaissance de la fonction et des métiers de la communication. il est notable, sauf à de très rares exceptions, qu'il n'existe guère de syndicats professionnels en communication, alors même que ce statut confère un rôle explicite de défense des intérêts d'un même groupe professionnel. Sachant que les métiers de la communication sont multiples, irréductibles à une branche d'activité économique, sociale ou culturelle, c'est là, peut-être, un indicateur de professionnalisation inachevée.
    En savoir plus
  • 17 novembre 2017
    [...]
    En savoir plus
  • 17 novembre 2017
    [...]
    En savoir plus
  • 17 novembre 2017
    Ce numéro d’Études de Communication se donne pour objet d’étudier les images et imaginaires de territoires produits, entretenus, « travaillés » par les médias, locaux et nationaux. Comment l’information – entendue à partir de la variété de ses supports et de ses formats médiatiques – participe de la construction territoriale, envisagée comme opération symbolique, comme structuration identitaire, comme élaboration collective ? L’intention est ainsi de cerner ce que l’on peut identifier comme « travail territorial », d’étudier en quoi les médias font médiation dans le rapport au(x) territoire(s). Dans le contexte du déploiement de stratégies de reconfiguration territoriale, d’évolution des formes de l’engagement public et des pratiques culturelles/médiatiques des individus, cette livraison se propose de mettre l’accent tant sur la question du rapport au lieu – en quoi et comment les médias parlent des lieux et des espaces, qu’ils contribuent à configurer, dans et par les contenus qu’ils produisent et les structures signifiantes qu’ils agencent – que sur celle du sens des lieux entretenu et façonné par les médias, et par là sur les images et imaginaires ainsi associés aux lieux.
    En savoir plus
  • 17 novembre 2017
    Pour mieux comprendre les mutations des organisations, ressources et pratiques éducatives. En vingt-et-un textes, un siècle de recherches américaines et européennes sur le phénomène majeur et méconnu de l’industrialisation éducative.
    En savoir plus
  • 17 novembre 2017
    [...]
    En savoir plus
  • 17 novembre 2017
    [...]
    En savoir plus
  • 17 novembre 2017
    [...]
    En savoir plus

  • Version PDF

SUR LE WEB

Consultez toutes les publications du GRESEC sur Hal-SHS
GRESEC - Université Stendhal Grenoble 3 - Institut de la Communication et des Médias
11, avenue du 8 mai 1945 - BP 337 - 38434 Échirolles Cedex