Contenu

[ Université Grenoble Alpes ]

Groupe de recherche sur les enjeux de la Communication Groupe de recherche sur les enjeux de la Communication

Accueil > Publications > Publications des membres


  • Version PDF

Publications des chercheurs du GRESEC

Mis à jour le 7 novembre 2018

Les publications des chercheurs du Gresec

Le GRESEC dépose toutes les publications de ses chercheurs sur les archives ouvertes HAL-SHS (Sciences de l’homme et de la société).

  • 19 septembre 2019
    Ce travail propose d’étudier la mobilisation du parler populaire lors de la couverture médiatique du match Égypte-Algérie par la presse généraliste et la presse spécialisée algérienne. Nos premières observations sur le traitement de l’évènement footballistique nous conduisent à supposer que le discours des journaux d’information générale n’est pas différent de celui des quotidiens de sport. La recherche propose, ainsi, de saisir les stratégies qui encadrent l’usage du parler populaire. Il s’agit d’analyser l’émergence d’une pratique info-communicationnelle qui peut s’inscrire dans une stratégie de pénétration du marché, à la recherche d’un lectorat élargi.L’analyse des jeux d’acteurs médiatiques, dans un contexte marqué par une crise mondiale de la presse écrite, envisage permet de montrer comment ces derniers ont recours au parler populaire, comme dispositif signifiant de captation et argument de vente. Pour appréhender cet enjeu, nous avons privilégié une approche qui ne néglige pas l’étude des identités éditoriales de chaque titre de presse. Nous proposons, de ce fait, de déconstruire les publications de quatre journaux de « référence », en défendant une méthodologie axée sur des aspects théoriques, alimentée par une analyse du discours, combinée à une étude quantifiée de l’évènement et appuyée sur les visions et discours d’autolégitimation sociale des professionnels algériens de l’information médiatique.Mots clés : Évènement médiatique, dispositif, cadre, co-construction, parler populaire, stratégie, tactique, identité éditoriale et loi de proximité.
    En savoir plus
  • 18 septembre 2019
    La production des EIAH complexes est le lieu de rencontre de logiques diverses et conflictuelles qui redéfinissent et réorientent de manière contextuelle le projet à travers des négociations permanentes. Les dispositifs offerts à l'usage sont ainsi souvent le résultat de « compromis mous » qui se traduisent par des imperfections visibles au niveau de la structuration et de l'agencement des éléments techniques, des contenus scénarisés et médiatisés ou de l'inscription pédagogique du dispositif dans son ensemble. L'analyse de six produits destinés à l'enseignement supérieur français à distance permet de saisir la complexité de ce phénomène où les acteurs sont tiraillés entre la nécessité de structurer le développement d'un projet censé fédérer des partenariats et des compétences diverses et la logique fondamentalement aléatoire des processus innovants.
    En savoir plus
  • 17 septembre 2019
    Cette recherche menée dans l'espace francophone commun à la Belgique, à la France et au Canada analyse les dynamiques de professionnalisation et identifie les discours et actions performatives qui participent à construire une « figure » du communicateur professionnel. L'analyse inductive d'entrevues auprès de dix-sept représentants actuels et passés de neuf associations professionnelles circonscrit trois formes que prend la figure du professionnel en communication : les valeurs (éthos), les actions (praxis) et les objets (artéfacts). La mise en relation des éléments qui composent ces formes permet d'identifier trois tensions : 1) l'aspiration à une professionnalisation déontique et stratégique pas toujours réalisée; 2) l'idéal véhiculé par les associations et une constante polarisation vers la tâche des professionnels; 3) un apparent débalancement entre les artéfacts normatifs et leur réelle performativité dans la praxis et dans l'éthos. Enfin, même si elle n'offre pas d'explication à ces tensions, cette recherche propose un outil méthodologique qui pourrait servir d'outil d'aide à la mise en place d'une politique professionnelle associative.
    En savoir plus
  • 17 septembre 2019
    Cette recherche s'inscrit dans le cadre d'un programme collectif et international mené dans l'espace francophone commun à la Belgique, à la France et au Canada. Fondée aussi collectivement dans une démarche partenariale orientée vers les praticiens de la communication, cette contribution constitue une invitation à engager l'analyse dynamique d'une professionnalisation disputée par de multiples instances représentatives, sur différents modes rhétoriques (juridique, déontologique, militant, casuistique...) et de services proposés aux professionnels (édition, événements, formation, conseil...). la première phase de la recherche vise à mettre à jour les dynamiques de positionnement des associations professionnelles qui assument et/ou revendiquent une participation dans la structuration et le développement des activités, des fonctions, des métiers ou encore des compétences dans le champ de la communication. nous défendrons l'hypothèse que les formes d'engagement et d'action dans la sphère professionnelle de ces acteurs associatifs varient en fonction de l'interprétation que chacune des associations (à travers leurs représentants et porte-paroles) a de ce qu'on nomme communément la professionnalisation. il s'agira donc renoncer - provisoirement - aux définitions ou cadres d'analyse de la professionnalisation a priori tels que la sociologie des professions les a forgés (Chapoulié, 1973 ; abbot, 1988) et fait évoluer (Strauss, 1992 ; Dubar & tripier, 1998 ; Champy, 2011) pour laisser émerger les différentes figures ou représentations qui se complètent ou s'opposent dans les discours des associations représentatives au plan national des acteurs spécialisés dans la communication.Cette contribution vise à interroger la manière dont les communicants (ceux qui font métier de communiquer) travaillent à leur reconnaissance professionnelle, dans la diversité de leurs segments et territoires d'exercice et de représentation. on sait combien la sociologie fonctionnaliste, en particulier nord-américaine, est attentive à la manière dont les professionnels construisent leur légitimité et leur positionnement concurrentiel. en bref, le " professionnel " prend notamment appui sur une formation longue, sanctionnée par une certification, mais doit aussi compter sur la protection -- au moins symbolique -- d'organisations corporatistes (associations et syndicats) dont certaines œuvrent à la formalisation déontologique d'une éthique professionnelle. notre objectif n'est pas ici d'interpréter ces marqueurs de profession comme les gages exclusifs et univoques d'une professionnalité mais, très différemment, de les interpréter comme indices d'une professionnalisation entendue comme processus de négociation permanente entre " segments " de la profession. l'appareillage déontique qui sert une professionnalisation aux prises avec la multiplicité de métiers relevant de secteurs, champs et fonctions multiples, sert également la reconnaissance des associations, syndicats et autres représentants qui revendiquent leur légitimité de porte-parole. Par-delà le corpus documentaire déontique constitué de codes professionnels, référentiels, chartes et autres manifestes, nous souhaitons discuter (et faire discuter) ici la manière dont des regroupements professionnels contribuent à une régulation interne et externe de leurs métiers et fonctions de référence.la méthodologie de cette phase de la recherche repose sur un terrain d'enquête qualitative dont le protocole est commun aux chercheurs des trois pays impliqués. Quatre grands segments et champs professionnels d'intervention des communicants ont été retenus pour l'étape exploratoire : 1) les relations publiques et la communication institutionnelle, la communication publique et communication territoriale ; 2) la communication interne, la communication marketing. a partir d'un tissu associatif professionnel identifié dans ces segments (une trentaine d'associations nationales françaises, québécoises et belges au total) une quinzaine d'entretiens approfondis d'une durée d'une à deux heures ont été conduits, en binôme de chercheurs, auprès de présidents en exercice, d'anciens présidents et de secrétaires généraux, sur la base d'un canevas semi directif orientant les échanges. il s'agissait alors d'explorer quatre thématiques : 1) les raisons d'être, motifs de positionnement et d'évolutions des associations ; 2) les enjeux perçus et les modalités d'engagement de l'association dans la professionnalisation de leurs adhérents ; 3) les rapports établis, attendus ou non, avec les acteurs impliqués dans la production et la diffusion de connaissances en SiC ; 4) les trajectoires à la fois personnelles et institutionnelles ainsi que l'implication des représentants associatifs à l'égard de la reconnaissance mutuelle et publique des communicants membres de leur groupement. Cette phase d'enquête, encore en cours de déploiement au printemps 2012, implique la contribution de près d'une quinzaine d'enseignantschercheurs ainsi qu'une doctorante, belges, canadiens et français, majoritairement en SiC mais aussi en sciences politiques et sociologie.les premiers résultats d'analyse mettent en évidence la variété, l'hétérogénéité des conceptions de la professionnalisation et des modalités ou des variables qui y participent. nous esquisserons une typologie des associations fondées sur ces diverses représentations qui peuvent se polariser tantôt du côté de la maîtrise de savoir-faire et d'une figure de l'expert capable de mobiliser des compétences spécifiques dans l'activité quotidienne du communicant, tantôt du côté de la construction d'une posture portée par des idéaux éthiques d'intégrité, de neutralité et incarnée par une figure morale du professionnel. Performées dans les discours des présidents et porte-paroles des associations, ces grandes figures et ces représentations contribuent à orienter les initiatives de soutien ou d'accompagnement des professionnels à travers l'offre de services faite aux adhérents ; elles conditionnent aussi les politiques et les engagements plus institutionnels dans la lutte pour la reconnaissance de la fonction et des métiers de la communication. il est notable, sauf à de très rares exceptions, qu'il n'existe guère de syndicats professionnels en communication, alors même que ce statut confère un rôle explicite de défense des intérêts d'un même groupe professionnel. Sachant que les métiers de la communication sont multiples, irréductibles à une branche d'activité économique, sociale ou culturelle, c'est là, peut-être, un indicateur de professionnalisation inachevée.
    En savoir plus
  • 17 septembre 2019
    Dans un contexte de forte incitation ministérielle, les premiers diplômes délivrés à distance sur Internet et les premiers campus virtuels publics français inaugurent une nouvelle étape dans le développement de l'enseignement à distance, vecteur de modernisation de l'enseignement public. Cependant, cette démarche ne va pas de soi. Nombreux sont les problèmes auxquels ces premières réalisations sont confrontées. Nous présenterons dans la première partie de cet article quelques-unes des contradictions donnant lieu à des enjeux pour la restructuration de l'enseignement public (formation continue et enseignement supérieur). Face aux difficultés institutionnelles et organisationnelles, de coopération, à la fois en interne, dans le cadre de l'équipe projet, qu'entre les établissements, il n'est pas étonnant que les campus virtuels français relèvent actuellement plus de l'effet d'annonce que des réalisations concrètes. Nous nous interrogeons sur la pérennité de cette situation sans remise en cause de la légitimité même des organismes de formation. Le campus virtuel devrait, à terme, être centré sur les services de formation : suivi pédagogique, évaluation (diplômante). Dans la seconde partie de cet article, nous avançons l'hypothèse que la labellisation et la certification de ces types de services, allant de l'autoformation à la mise en place d'un dispositif de formation à distance, deviennent un enjeu essentiel pour les centres de formation, notamment publics, qui se lancent dans la réalisation de campus virtuels. Notre article s'appuie sur les résultats de trois démarches : - une étude de cas réalisée sur le dispositif de formation à distance du CNAM Languedoc - Roussillon (enquête qui a duré 6 mois, d'octobre 2000 à mars 2001) ; - l'observation des échanges entre utilisateurs francophones de la plate-forme Webct, sur la liste de discussion webct@Uhb.Fr2 (d'octobre 2000 à juin 2001) ; - des entretiens menés auprès des acteurs de certains campus virtuels ayant répondu au 1er appel à projet « Campus numériques » lancé en 2000 par les ministères de l'Education Nationale et de la Recherche (tel le campus Canege- Platformad). Ces résultats présentent deux limites principales : - la première limite est liée au caractère non exhaustif de notre enquête ; - la seconde limite concerne le caractère embryonnaire des réalisations dans l'étape actuelle d'expérimentation, ce qui impose des précautions supplémentaires quant à la portée des analyses et à la stabilité des faits observés.
    En savoir plus
  • 17 septembre 2019
    L'innovation, supposée dépendre du recours croissant à des TICE, dans les différents niveaux d'enseignement, est le plus souvent abordée sous un angle pédagogique ou cognitif. Ces perspectives font l'économie d'une approche spécifiquement communicationnelle. Après avoir dressé un état des travaux relevant des sciences de l'information et de la communication et portant sur le développement des TICE dans le champ de l'éducation, les auteurs, participants d'un séminaire de travail du laboratoire GRESEC, analysent toute une série de produits éducatifs, tenus pour représentatifs de ce qui est aujourd'hui disponible ; ils le font à partir d'un certain nombre de critères, leur permettant de développer cet indispensable regard communicationnel, un regard de nature à aider au dépassement de la (vaine) problématique des “ effets ” à laquelle la plupart des recherches n'échappent pas. Enfin, ils montrent en quoi l'adoption d'un point de vue centré sur l'interactivité et la composante multimédia des écritures peut se révéler pertinent. Ce positionnement leur paraît l'un des principaux indices à retenir dans l'analyse des processus d'innovation.
    En savoir plus
  • 17 septembre 2019
    Cette étude propose une analyse du suivi expérimental par Internet, en 1999-2000, d'une unité d'enseignement (UE) de maîtrise de français langue étrangère à distance (université Grenoble 3 – CNED). On décrit d'abord le contexte et les objectifs du suivi ainsi que la structure du logiciel utilisé. On analyse ensuite la structure des échanges ainsi que certaines marques linguistiques repérables dans les interactions. On termine par une réflexion d'ordre sociologique.
    En savoir plus
  • 16 septembre 2019
    The IS literature allows to identify the role played by the characteristics of the people and the characteristics of the tools in the uses if an ICT tool. However, these papers have in common to develop a very narrow analysis of them. They have difficulties to take into account the organization as a whole. Numerous papers ask for a greater consideration of the organization into the analysis of the uses of an ICT tool. In this paper, we suggest to enrich this reflection by paying attention to researches produced in the field of the sociology of organizations. To show the potential of this literature, we present a case study of a Small and Medium Enterprise that uses a software supposed to improve collective decisions. The results produced by this case study allow to validate the relevance of the framework which develop a localized analysis of uses but they also show that it is interesting to interpret those uses from a more global view, especially with regard to the strategic challenges of this firm. This framework allows us to propose a discussion which draws perspectives of research to progress towards a better consideration of the organization in the analysis of the uses of ICT.
    En savoir plus
  • 16 septembre 2019
    Aujourd'hui, la littérature propose des cadres théoriques pertinents pour analyser le rôle que jouent les caractéristiques des individus et les caractéristiques des outils dans les usages des TIC. Ces travaux ont en commun de mener une analyse plutôt localisée de ces usages. Bien qu'ils identifient que les politiques RH et l'organisation jouent un rôle dans les usages, ils ne proposent généralement pas de grilles d'analyses précises de ces éléments. Après avoir constaté que de nombreux travaux plaident actuellement pour une prise en compte accrue de ces dimensions dans l'analyse de l'usage des TIC, nous utiliserons les travaux actuels en GRH pour proposer une analyse approfondie de ces phénomènes. Pour montrer concrètement ce que cette littérature est en mesure d'apporter, nous proposerons l'étude du cas d'une PME qui, pour dynamiser ses équipes et son management, met en place un logiciel d'aide à la décision collective. Les résultats produits par cette étude de cas permettent de valider la pertinence des travaux qui développent une analyse localisée des usages mais ils montrent aussi qu'il est intéressant de positionner ces usages par rapport aux défis stratégiques de cette entreprise, à ses modes de coordination, à la gestion de ses compétences, à la définition de ses différents niveaux hiérarchiques, etc. Ces résultats nous permettront de proposer une discussion qui trace des perspectives de recherche pour progresser vers une meilleure prise en compte des politiques RH et de l'organisation dans l'analyse des usages des TIC.
    En savoir plus
  • 16 septembre 2019
    La littérature analyse l'influence des individus et des outils dans les usages des TIC. En revanche, ces travaux n'analysent généralement pas l'influence des politiques RH et de l'organisation sur ces usages. En réalisant une étude de cas sur une PME, nous montrons que les usages de ses TIC sont aussi liés aux défis stratégiques de cette entreprise et à la nature de sa structure hiérarchique.
    En savoir plus

  • Version PDF

SUR LE WEB

Consultez toutes les publications du GRESEC sur Hal-SHS
GRESEC - Université Stendhal Grenoble 3 - Institut de la Communication et des Médias
11, avenue du 8 mai 1945 - BP 337 - 38434 Échirolles Cedex