Contenu

[ Université Grenoble Alpes ]

Groupe de recherche sur les enjeux de la Communication Groupe de recherche sur les enjeux de la Communication

Accueil > Axes de recherche > Travaux > Journées ISTIC


  • Version PDF

Tics et PME en Tunisie

Mis à jour le 22 novembre 2011

Sami Zlitni

Résumé de la thèse
La recherche a porté sur l'insertion des techniques de l'information et de la communication (TIC) dans les PME tunisiennes. L'objectif de ce travail a été de montrer que l'introduction des TIC dans les PME n'est pas garante à elle seule de la performance des entreprises et qu'elle contribue à en modifier l'organisation. Ce travail montre également que même si le projet d'introduire les TIC dans les PME tunisiennes est conditionné par les contextes dans lesquels il est engagé et si, en outre, ce projet est réalisé par les directions des entreprises pour influer sur l'organisation du travail et contraindre le champ d'action des acteurs, ces derniers cherchent eux aussi à y peser de leur place.

Compléments
Selon moi, les acquis théoriques de la recherche que j'ai menée sont les suivants :
- La réussite ou l'échec de l'insertion des Tics est le résultat d'une articulation entre :
- les contextes économique, culturel et politique - les réactions des acteurs - les changements organisationnels

- L'insertion des TIC constitue un moment critique pour l'entreprise. Ce changement opère la rupture d'un état de fonctionnement. Il concoure à rendre obsolète l'ancien mode d'organisation.

- Avec l'utilisation des TIC, les relations entre décalage temporel et distance physique ne se font pas par simple substituabilité mais de façon beaucoup plus complexe (changement des structure, nouvelles formes de collaboration/coopération, transformation des modes d'information…).

Bien que j'aie mis l'accent dans cette étude sur les contextes qui conditionnent l'insertion et l'utilisation des TIC, les acquis théoriques de cette recherche dépassent les spécificités des entreprises tunisiennes. En effet, ces acquis peuvent être étendus aux organisations industrielles en général.

Ma démarche a consisté en une enquête qualitative (entretiens semi-directifs) complétée par une seconde étude quantitative (questionnaire effectué par Internet). Pour compléter cette approche il serait intéressant de compléter ce premier canevas d'analyse par une démarche essentiellement ethnographique qui consistera à passer un certain temps au sein des entreprises pour faire de l'observation directe et voir les acteurs " en train de travailler ". En effet, plusieurs des phénomènes étudiés sont encore trop récents et complexes pour en permettre une approche uniquement par questionnaire.
Cette méthode permettra d'étudier les " actions " concrètes et de les saisir dans leur dynamique complétant ainsi une analyse se limitant aux perceptions et aux sentiments décrits par les acteurs.

Cette nouvelle méthodologie m'a d'ores et déjà conduit à initier des collaborations, notamment avec un collègue sociologue qui travaille sur des thématiques liées aux TIC dans les pays du Maghreb. Les premiers résultats obtenus ont fait l'objet de valorisations scientifiques (colloques, séminaires, journées d'études…). Par ailleurs, ces travaux ont fait l'objet de quelques publications comme par exemple la participation à un ouvrage collectif (à paraître prochainement chez Maisonneuve et Larose) coordonné par Mihoub Mezouaghi sur les Trajectoires d'insertion dans l'économie numérique : le cas du Maghreb. Cette collaboration devrait se poursuivre et s'intensifier à l'avenir en ouvrant mon épistémologie à des approches s'ouvrant aux théories de la régulation sociale et de la production des règles de fonctionnement des organisations dans un contexte marqué par l'insertion des TIC.
  • Version PDF

GRESEC - Université Stendhal Grenoble 3 - Institut de la Communication et des Médias
11, avenue du 8 mai 1945 - BP 337 - 38434 Échirolles Cedex